Apple a versé un règlement de plusieurs millions de dollars à une femme de l’Oregon après que des techniciens de réparation d’iPhone ont téléchargé des images et des vidéos explicites sur Internet à partir d’un téléphone qu’elle a envoyé pour réparation.

Dépôts légaux, signalé pour la première fois sur par le Telegraph, a révélé que la femme anonyme a envoyé son iPhone pour réparation le 14 janvier 2016 à un entrepreneur de réparation approuvé par Apple appelé Pegatron Technology Service en Californie. Les techniciens y ont ensuite téléchargé « du matériel extrêmement personnel et privé » sur le compte Facebook de la femme et d’autres sites Internet, selon les documents.

Les vidéos ont été téléchargées pour apparaître comme si la femme elle-même les avait partagées exprès, selon les documents, provoquant chez la femme une « grave détresse émotionnelle ». La femme a été informée de l’incident lorsque des amis ont vu les vidéos et les images sur Facebook.

La femme a poursuivi Apple et a finalement réglé avec la société pour une somme de plusieurs millions de dollars. Mais Apple n’a jamais été directement nommé dans le procès dans le but de garder l’affaire confidentielle.

L’incident n’est devenu public que lorsque les avocats d’un cas plus récent et sans rapport impliquant Apple et Pegatron a fait référence à l’affaire précédente dans leurs documents juridiques, affirmant que le client nommé était « clairement Apple ».

Apple a confirmé l’incident dans une déclaration au Guardian lundi. Les avocats de la femme n’ont pas répondu à une demande de commentaire.

« Nous prenons la confidentialité et la sécurité des données de nos clients très au sérieux et avons mis en place un certain nombre de protocoles pour garantir la protection des données tout au long du processus de réparation », a déclaré un porte-parole d’Apple.

« Lorsque nous avons appris cette violation flagrante de nos politiques chez l’un de nos fournisseurs en 2016, nous avons pris des mesures immédiates et avons depuis continué à renforcer nos protocoles de fournisseur », a ajouté le porte-parole.

Ce n’est pas le premier incident dans lequel un technicien est accusé d’avoir volé et publié des images d’un client. En 2013, un client Best Buy de 27 ans a poursuivi le détaillant après que des photos d’un ordinateur qu’elle a apporté pour réparation aient été diffusées en ligne.

Mais, comme le note le Telegraph, l’affaire sape l’argument fréquent d’Apple pour n’autoriser que les détaillants agréés à réparer les appareils, un problème qui a attiré plus d’attention au milieu des procès liés aux lois antitrust. Apple a souligné à plusieurs reprises la sécurité de ses propres services de réparation par rapport aux autres et s’est opposé aux lois qui permettraient aux consommateurs d’effectuer leurs propres réparations, favorisant son propre programme de réparation autorisé.